Dans ce garage havrais, on roule pour les démunis

Dans ce garage havrais, on roule pour les démunis

Chaque jour, trois à quatre voitures sont révisées ou réparées par les salariés de LH mobilité au Havre. | 

Vanessa LEROY. 

Permettre à tous d’être mobiles, tel est l’objectif de LH mobilité, au Havre. Un garage-école, et une auto-école associative.

L’initiative

Dans l’atelier de la rue Gustave-Brindeau au Havre, quatre salariés s’affairent autour des vidanges, changements de courroie ou pneus. Comme dans un garage classique. À la différence près que, depuis septembre et pendant deux ans, les employés de cette entreprise d’insertion sont envoyés par Pôle emploi ou la Mission locale du Havre à la société coopérative à caractère social LH mobilité, qui a vu le jour en juin.

Publics fragiles

Sous l’égide de Didier Beaufils, leur chef d’atelier et formateur, ils vont progressivement acquérir de l’expérience. «Il va les accompagner dans leur montée en compétences pour ensuite préparer un diplôme qualifiant et répondre à des offres demploi dans les métiers de lautomobile», explique Jean-François Samson, président du directoire et créateur du Pôle mobilité, qui s’inscrit «dans cette nouvelle économie solidaire».

Objectif annoncé : «Permettre à 60% dentre eux de trouver un CDI, un CDD de six mois ou une formation qualifiante.»Mais aussi dans les prochaines années, de nouer des partenariats avec des garages et ainsi « préparer des salariés en tant que garage-école».

Ce garage-école est ouvert à tous et propose une tarification sociale aux usagers en fonction des revenus. 

À partir de 17 h, du lundi au vendredi, et le samedi, l’Association des mécanos havrais, présidée par Denis Martel, prend le relais des salariés et propose des conseils aux automobilistes.

Outre ce garage solidaire, la société, qui bénéficie d’aides publiques, vise à « faciliter la mobilité»des populations de l’agglomération havraise, notamment les publics dits fragiles. 

«Parfois, certains vont refuser un emploi ou une formation car ils ne savent pas comment faire pour y aller. Certains ne sont jamais sortis de leur quartier. Alors se rendre dans la zone industrielle ou à Rouen… Dautres ont peur de monter dans une voiture»,souligne Jean-François Samson.

D’où la coopération avec d’autres structures comme InserVolant, une auto-école associative qui permet «une pédagogie adaptée»à chacun, ou encore Wimoov, qui propose une évaluation individuelle. 

Cette année, un pôle mobilité devrait voir le jour dans la région de Fécamp, et Lillebonne-Bolbec.

LH mobilité:90, rue Gustave-Brindeau, au Havre. Renseignements au 02 35 54 32 21.

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(http://odd-normandie.fr/wp-content/uploads/2017/03/login-page3-1.jpg);background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 650px;}